Location entre particuliers : l’étau se ressere

Un amendement contre les sous-locations illégales

Les propriétaires et les locataires qui louent, par exemple, leur logement de façon ponctuelle sur des sites comme Airbnb vont devoir prouver qu’ils en ont l’autorisation. Ceux qui n’auront pas cette autorisation risqueront 1 an de prison et 80 000 euros d’amende !

Les députés ont voté jeudi. L’amendement oblige les propriétaires et les locataires qui louent leur logement de façon ponctuelle sur des sites comme Airbnb à prouver qu’ils en ont l’autorisation.

Un propriétaire bailleur peut-être tenter de sous-louer son logement à une autre personne afin d’augmenter ses revenus. Aussi, un locataire peu scrupuleux peut lui aussi décider de sous-louer le bien qu’il occupe, sans en informer son propriétaire. Pour mettre fin à ce type de pratique, l’amendement a été voté.

Partager cet article :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *