Self stockage en Amérique Latine

Quels sont les caractéristiques du self-stockage en Amérique Latine ? Envie d’en savoir plus sur le garde-meuble au Brésil, au Chili, en Colombie, au Guatemala, au Salvador, au Mexique et au Panama ?

 

 

 

Même si l’expression « Amérique latine » peut être diversement comprise, même si la définition du périmètre correspondant n’est pas toujours précise, on considère assez généralement que l’Amérique latine est constituée de 19 pays (Argentine, Bolivie, Chili, Brésil, Colombie, Costa Rica, Cuba, Equateur, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama, Pérou, Paraguay, République Dominicaine, Salvador, Uruguay, Vénézuela).

L’expression « Amérique latine » a été utilisée pour la première fois par le poète José Maria Torres caicedo en 1856 et par le socialiste Francisco Bilbao. Le concept d’une Amérique catholique et latine s’opposant à une Amérique anglo-saxonne et protestante a été repris par l’entourage de napoléon III. Le développement de l’expression « Amérique latine » est donc lié aux visées coloniales de Napoléon III dans cette région, aux alentours de 1860, lors de l’aventure mexicaine. C’est le Français Michel Chevalier qui mit alors en avant un concept de « panlatinité » destiné à promouvoir les ambitions françaises en opposant les régions de langue latine (espagnol, portugais, et français) dans les Amériques, aux régions de langue anglaise. Les Espagnols ont toujours préféré les expressions Hispano América ou encore Ibero América pour la désigner. Plus récemment, les géographes utilisent l’expression « Extrême-Occident » pour parler de l’Amérique latine. L’Académie Française, quant à elle, définit l’Amérique latine comme « l’ensemble des pays d’Amérique anciennement colonisés par l’Espagne et par le Portugal ».

self stockage amerique latine location garde meuble .fr 2015

 

 

Dans cet article, nous verrons les caractéristiques communes des clients des garde-meubles en Amérique Latine. Cet article se base sur des exploitants de self-stockage au Brésil, au Chili, en Colombie, au Guatemala, au Salvador, au Mexique et au Panama.

Les points communs : Les locataires de box de self-stockage sont des hommes âgés de 36 à 55 ans. Le rapport entre homme et femme est de 60/40. Les locataires appartiennent à la classe moyenne supérieure ou supérieure. Ce qui limite le consommateur de base à 40% de la population. Les locataires vivent dans les régions métropolitaines. Ils ne se déplacent pas à plus de 15 km d’une grande ville. En self-stockage, les statistiques montrent que seulement 3% des clients vivent à plus de 10 km du centre de location de box. La plupart des clients ne connaissaient pas le self-stockage.

Les clients vivent dans les régions métropolitaines, parfois pour toute leur vie. Ils ne veulent pas se déplacer à plus de 15 kilomètres d’une grande ville. Les statistiques du secteur montrent que seulement 3 pour cent des clients de self-stockage vivent à plus de 10 kilomètres de leur établissement. Le self stockage est méconnu par la population. Enfin, dans cette région, il est très fréquent de demander des rabais sur le prix de la location du box. Ils aiment négocier. Ils font également plus confiance au bouche à oreille (famille, proches…) qu’aux autres publicités.

Ce qui change : Le rapport entre les locataires particuliers et professionnels varie selon le pays. Cela dépend du « propriétaire » du centre de box à louer. Par exemple, si une entreprise de déménagement s’est lancée dans le self-stockage, 90% de ses locataires peuvent être des particuliers. Si le début de l’activité du propriétaire est du self-stockage, les locataires professionnels peuvent atteindre 80%. La moyenne des entreprises qui ont commencé par le « self stockage » est de 55% de professionnels contre 45% de particuliers.

Comme dans de nombreux pays, la sécurité est un élément très important. Le rôle du « destin » est très imprégné dans certaines cultures. Quelques pays souffrent d’instabilité au sein même de leur pays et de catastrophes naturelles. Les propriétaires de centre de location boxe utilisent l’équipement de surveillance habituel en self stockage (alarme individuelle dans chaque espace, vidéosurveillance, portail, clôtures…), mais aussi des gardes armés. Les locataires ont besoin de preuves fortes. Ils doivent voir que les biens entreposés sont en sécurité. C’est le cas dans les pays d’Amérique centrale et au Mexique.

En Amérique du sud, la culture suit un modèle plus européen. L’esthétique est un moyen de montrer sa place dans la société. Les centres de self stockage les plus attrayants obtiennent le plus de succès auprès des locataires de box.

Au Chili et au Panama, les propriétaires doivent plus accentuer sur la personnalisation. Ils fournissent par exemple, une personne qui s’occupera du transport des biens. Le tout pour une modique somme. De ce fait, beaucoup de garde meuble en libre-service ne propose pas la vente de cartons et de matériel d’emballage au sein même de l’accueil du centre d’entreposage.

Ces différences sont quelques exemples. Cela pourra peut-être aider les opérateurs qui souhaitent se lancer dans le self-stockage en Amérique Latine. En Amérique Latine, chaque pays est différent. Comprendre ces différences est un facteur de succès.

Une pensée sur “Self stockage en Amérique Latine

  • 15 juillet 2015 à 14 h 33 min
    Permalink

    Merci des informations sur le self stockage en Amérique Latine. L’article a dit que souvent les gens ne veulent pas se déplacer à plus de 15 kilomètres de la ville où ils vivent. Alors, j’imagine qu’on peut économiser un peu si on choisit du self stockage qui est loin des grandes villes. Combien coute un bon garde-meuble en Amérique latine ?
    Clarice | http://www.minientreposagerivesud.ca/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *